Un modèle de production durable, responsable qui contribue à la lutte aux changements climatiques

Le modèle des Jardins du Clocher

Nous partageons notre savoir‑faire

Le projet des Jardins du Clocher est documenté dans le but de partager notre expérience avec d’autres organisations qui voudraient se lancer dans l’aventure de l’autonomie alimentaire.

Nous souhaitons mettre cette information au profit des communautés et de l’environnement.

Nous avons mis en place un modèle d’économie sociale innovateur, une dynamique économique locale dans laquelle les citoyens qui mangent et consomment localement voient ce choix de consommation se convertir en pouvoir financier pour la communauté.

Un édifice à valoriser

Le premier élément nécessaire est un bâtiment à valoriser, patrimonial ou non... Dans notre cas, c’est l’église de Saint‑Pacôme.

La production de légumes feuilles

Les équipements de production sont, entre autres, issus de la technologie de notre partenaire Inno-3B, une technologie automatisée de production verticale en milieu fermé et contrôlé. Ce sont des tours verticales expansibles verticalement et horizontalement permettant une optimisation maximale de l’espace. Il est possible de recycler l’excès de chaleur produite par les tours pour chauffer le bâtiment.

La production des légumes assure un revenu régulier. C’est le moyen par lequel le projet peut devenir pérenne.

Des retombées sociales

Inspiré par les principes du développement durable, notre OBNL se veut une organisation qui a la capacité de perdurer sur le plan économique (rentable), environnemental (impact neutre sur les ressources naturelles) et social (intérêt et prise en charge par les citoyens). Cela se traduit notamment par une implication des citoyens du Kamouraska dans la planification et la mise en œuvre de la mission de l’OBNL. L’objectif est de favoriser une prise en charge des citoyens du système alimentaire créé dans l’église et de le mettre au profit de la vie communautaire. Notre démarche est inclusive envers toutes les citoyennes : les hommes et les femmes, les jeunes et les ainés, les gens d’ici et d’ailleurs.

D’autres projets sociaux

L’édifice peut accueillir d’autres activités. Dans notre cas, les consultations auprès des citoyens de Saint-Pacôme ont orienté les différents autres volets du projet soit:

Concrètement, nous voulons donc réinvestir d’éventuels surplus (profits) dans des projets, évènements, biens et services communautaires. Les citoyens qui ont fait le choix de consommer localement seront consultés pour la sélection des nouveaux projets. En mettant en place ce système d’agriculture de proximité, nous voulons mettre en évidence l’impact direct entre «manger local», la dynamique économique régionale, les effets positifs sur l’environnement, la réduction des émissions de GES et la vitalisation des régions éloignées.

Communiquez avec Alexandre pour en savoir plus